Thé vert japonais gyokuro : ses bienfaits et ses dangers

Thé vert japonais gyokuro : ses bienfaits et ses dangers

Thé de pénombre, le gyokuro est très prisé et consommé au Japon. Il y est d’ailleurs érigé en roi des thés. Il est de même de plus en plus adopté à travers le monde entier. Particulier de par sa qualité et sa saveur typique, sa consommation procure de nombreux avantages à l’organisme. Toutefois, il peut être source de désagréments lorsque sa consommation devient excessive. Dans tous les cas, le gyokuro est de préparation facile et est utile à l’organisme pour peu que sa consommation ne soit exagérée. Découvrez dans la suite de l’article une présentation on ne peut plus précise du gyokuro, ses bienfaits et les risques encourus lorsque sa consommation n’est pas adaptée.

Le gyokuro, qu’est-ce-que c’est ?

Le gyokuro est un thé vert d’origine japonaise. Littéralement traduit en “Rosée précieuse”, son avènement remonte à plus d’un siècle dans la ville d’Uji. Très prisé en raison de sa saveur typique umami, il renferme de fortes concentrations d’un acide aminé actif sur le fonctionnement cérébral : la théanine. Sa concentration en tanins est basse, contrairement aux autres substances végétales, ce qui lui donne un aspect savoureux. Par opposition aux thés de lumière, le gyokuro est un thé d’ombre car, avant sa récolte, son théier est privé de rayons solaires durant plusieurs semaines. Sa teneur en chlorophylle est ainsi accrue et celle en tanins, réduite. À l’instar du Sencha , il est produit à basse altitude dans un climat pluvieux. Il a une couleur globalement vert sombre.

Comment le préparer ?

On peut réaliser trois tours d’infusion avec environ 08g de gyokuro. Il est conseillé de le faire à basse température dans une théière à fonte Japonaise. Mais l’eau devra être portée à ébullition dans un premier temps, puis laissée refroidie jusqu’à 40 degrés environ pour la première infusion, 55 pour la deuxième et 60 pour la troisième. Il faut noter qu’un petit volume d’eau suffit pour préparer une quantité assez importante de feuilles.

Les bienfaits du gyokuro :

À l’instar des autres thés verts, le gyokuro est non fermenté et renferme de nombreuses substances qui profitent à l’organisme. Antioxydant par excellence, il intervient activement dans l’élimination des radicaux libres qui sont des acteurs qui lèsent et provoquent le vieillissement des cellules d’une part, et impliqués dans la genèse de nombreuses maladies chroniques d’autre part. Les bienfaits du gyokuro sont remarquables sur de nombreux systèmes de l’organisme.

Au niveau de la peau, il contribue à l’hydratation de même l’élimination de manière efficace des différentes toxines. Son action anti-inflammatoire permet d’éviter la survenue d’acnés et d’autres lésions inflammatoires de la peau. Il a également un effet rajeunissant. Par ailleurs, il contribue à lutter contre l’obésité, associé à un régime adéquat et à la pratique régulière d’une activité sportive. De même, il permet le renforcement du système immunitaire, empêche le développement des processus tumoraux, renforce l’état de concentration et de vigilance, et régule efficacement la glycémie.

Les dangers de sa surconsommation :

Consommé de manière excessive, le gyokuro peut s’avérer dangereux pour l’organisme. On note entre autres, sa capacité à provoquer une dyschromie dentaire du fait de l’action des tanins qu’il renferme, certes en des petites quantités, et le fait qu’il réduise l’absorption du fer. Cela pourrait conduire à la survenue d’une anémie ferriprive, surtout chez des personnes à risque telles que les enfants, les femmes gestantes, les hémodialysés … De même le gyokuro est incriminé dans la survenue de certains troubles de la reproduction et est contre indiqué chez la femme enceinte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *